Foot 31 - Le football amateur en Haute-Garonne et ses alentours
Bandeau resultats

L'entretien Footengo - Pascal DESPEYROUX : "CTD, la diversité du poste me plaît..."

Pascal Despeyroux fera-t-il des émules ? C'est à souhaiter. Fidèle à l'image du joueur généreux qu'il était, l'ancien champion d'Europe Espoir 1988, révélé à Toulouse et passé par Saint-Etienne, est revenu aux sources une fois les crampons raccrochés. Après avoir payé de sa personne dix années durant dans des clubs de niveau régional, le voilà depuis deux ans en poste au district Midi Toulousain. A Toulouse, le CTD est un ancien international. (par Johan Cruyff)


Pascal Despeyroux, ici avec Daniel Bravo, autre enfant de Toulouse, est toujours resté fidèle à la région Midi Pyrénées depuis l'arrêt de sa carrière.
Pascal Despeyroux, ici avec Daniel Bravo, autre enfant de Toulouse, est toujours resté fidèle à la région Midi Pyrénées depuis l'arrêt de sa carrière.
M. Despeyroux, vous êtes l'un des seuls anciens internationaux à être CTD, pour quelles raisons selon vous ?
Il est exact que trop peu d'anciens internationaux occupent le poste. J'ai été surpris de constater, lors du stage de tous les CTD et CTR de France en début de saison, que peu des 140 d'entre nous avaient été pros. Certainement par méconnaissance de la fonction de cadre technique au sein de la FFF mais surtout par l'attrait supérieur d'une reconversion dans un club professionnel. Pourtant, à l'heure où la reconversion professionnelle est un véritable enjeu, la fonction aurait tout à gagner d'intégrer tout ce vécu, cette expérience du terrain. C'est pourtant le cas dans bien d'autres grandes fédérations qui ont bien compris qu'en terme d'image cela apporte une plus-value à la profession qui souffre quelquefois d'une perte d'autorité naturelle dans les ligues ou autres districts. Cela renforcerait à nom avis la collaboration entre le milieu pro et le monde amateur. A une condition préalable : avoir une expérience d'éducateur confirmé, être bosseur et avoir le profil et surtout ne pas vivre seulement sur son passé mais chercher à être intéressant par ce que l'on propose davantage que par ce que l'on a été.

Deux ans après votre prise de poste, quel bilan pouvez-vous effectuer ? Avez-vous trouvé ce que vous attendiez ?
Le bilan est plutôt positif en terme d'épanouissement personnel avec un investissement nécessaire indispensable pour impulser un département et non plus seulement une équipe. Étant né ici, j'ai bénéficié d'un réseau que j'ai toujours entretenu et qui m'a très vite accordé sa confiance. Quel plaisir de sentir dans le regard que ces quinze années passées sur les terrains de France ont créé tout sauf de la jalousie. La fonction exige une vision panoramique identique à celle d'un manager ou d'un directeur sportif dans un club. C'est ce qui me plaît, cette diversité pour intervenir dans la formation des cadres, le développement des pratiques comme le foot féminin, le futsal, le foot en milieu scolaire, et un attrait particulier pour les détections des jeunes où il est toujours difficile de trancher. Mon propre parcours m'appelle toujours à la prudence... sur des avis définitif à 14 ou 15 ans.
Par contre, en assistant à pas mal de matchs le samedi, il me manque parfois la cocaïne, l’adrénaline des trois points. Je suis contaminé mais je me soigne...

"Les gens savent ce que vous avez fait dans le football. Ce n'est pas la peine de surjouer, d'en rajouter."

Comment avez-vous été accueilli par vos collègues, les clubs, les éducateurs etc... ? En quoi votre image d'ancien pro a-t-elle été un avantage, un inconvénient ?
Je suis un ancien pro certes, mais qui est revenu dans le milieu amateur depuis plus de dix ans (il a été entraîneur et manager du Toulouse AC en DHR et d'Auch en DH : ndlr). J'ai donc toujours été proche des réalités et des difficultés des clubs, des éducateurs et des familles. C'est un milieu où votre poignée de main, votre capacité d’écoute, un conseil adapté sont autant d'éléments primordiaux pour le respect que les gens veulent bien vous accorder. En améliorant ce climat de confiance vous obtenez en retour un investissement humain toujours supérieur. Les gens savent qui vous êtes, ce que vous avez fait dans le football. Ce n'est pas la peine de surjouer, d'en rajouter, de se faire passer pour celui que l'on n'a jamais été. C'est fou comment, avec l'âge, la mémoire devient sélective... L'expérience d'une carrière professionnelle comme la mienne doit vous aider à apporter des anecdotes qui peuvent imager le propos. On gagne du temps. Ainsi vous faites partager votre parcours et votre passion. Aujourd'hui, le respect se gagne, il ne se partage plus de la même manière.

La nouvelle casquette de CTD va comme un gant à l'ancien milieu défensif du TFC et des Verts. Mais ne sera-t-elle pas bientôt trop étroite ?
La nouvelle casquette de CTD va comme un gant à l'ancien milieu défensif du TFC et des Verts. Mais ne sera-t-elle pas bientôt trop étroite ?
Quelles furent vos priorités à votre arrivée, les actions que vous avez mené depuis deux ans ?
Ma première préoccupation aura été d'entrer dans le «costume» en maîtrisant la diversité des dossiers et en m’appuyant sur l'expérience d'une équipe technique expérimentée et le soutien logistique du dixième plus grand district de France (34 000 licenciés). Il m'est apparu important de créer une relation de confiance avec les clubs et leurs éducateurs mais aussi avec l'ensemble de l'équipe technique régionale. Un effort particulier a été fait sur la formation d'éducateurs pour la Haute-Garonne (700 formations assurées en deux ans) avec des stages plus courts, moins chers, plus spécifiques à la catégorie entraînée, en demi-pension, pour coller davantage à la disponibilité des éducateurs. Les retours sont très positifs avec des taux de réussite et un climat de formation qui encouragent les stagiaires à vite revenir nous voir. L'objectif étant de sensibiliser les clubs à structurer leur organigramme en s'appuyant sur plus de compétences. Si l'on a été bon, la qualité de la formation des joueurs s'en ressentira forcément avec une confiance accrue envers l’éducateur à qui les parents confient leur enfant. C'est un outil majeur pour combattre la perte de licenciés ou la bougeotte de club à club de plus en plus précoce. Vous le sentez bien, il est temps de voir le football de manière transversale. C'est le cœur du projet du DTN, François Blaquart. Une équipe = un éducateur ou une éducatrice formé(e).

Comme lorsqu'un joueur "dézone" parfois pour apporter le surnombre, un CTD ne doit-il pas aussi, parfois, sortir du cadre défini par la DTN pour mieux faire passer ses messages ou rester fidèle à sa philosophie de jeu ?
Mais j'ai toujours pensé que ce n'est qu’au travers d'une équipe bien organisée, avec un projet de jeu bien défini, que les joueurs prenaient du plaisir et que chacun d'entre eux devenait responsable du jeu. Vous développez ainsi un sentiment d'appartenance fort et vous rendez les mecs plus performants. Garder sa personnalité tout en respectant celles des autres. Etre sérieux sans se prendre toujours au sérieux.

"Je n'ai jamais oublié que mon père faisait des heures supplémentaires pour payer des crampons à ses trois fils."

Quelles relations a le CTD que vous êtes devenu avec le TFC, votre ancien club ?
Pas mal d'anciens coéquipiers du TFC sont devenus dirigeants, cela facilite forcément les contacts (Jean-François Soucasse, Mickaël Debève, Anthony Bancarel sont en poste au TFC : ndlr). Nous avons de très bonnes relations institutionnelles avec un souci commun; amener nos meilleurs jeunes du département à avoir leur chance dans un des meilleurs centres de formation de France où les jeunes ont la possibilité de jouer un jour en pro. Les détections que nous pouvons organiser se déroulent très souvent au Stadium au pied du centre car il me semble symbolique, pour un enfant de 13 ou 14 ans, de commencer un long parcours possible là-bas. C'est bien évidemment sur l’île du Ramier (où se situe le Stadium : ndlr) que tout est devenu possible pour l'enfant de Toulouse que j'étais. (Le district Midi-Toulousain organise aussi des séances spécifiques gardiens de but, une dizaine dans l'année, menées par l'entraîneur des gardiens du TFC, Christophe Gardié, avec les 25 meilleurs U19 du département : ndlr). Mais nous travaillons également en étroite collaboration avec Montpellier Hérault et bien sûr les Girondins de Bordeaux par souci d'équité géographique et l’intérêt des enfants sollicités. (son ancien coéquipier, Yannick Stopyra, a rejoint le centre de formation bordelais, sachant que Jean-François Domergue est depuis longtemps à Montpellier : ndlr)

Avez-vous gardé des contacts avec les anciens du TFC ou de l'ASSE, vos deux anciens clubs ?
Oui je prends régulièrement des nouvelles des joueurs et de leurs familles qui sont restés proches . Même si, avec le temps, les contacts sont plus espacés, le plaisir reste intact au détour d'une voix, d'une silhouette, d'un visage ou certaines fois même du poids d'une absence ou d'un éloignement de gens qui vous ont construit.

En 1986, le TFC éliminait le Naples de Maradona en coupe UEFA. Despeyroux en était...
En 1986, le TFC éliminait le Naples de Maradona en coupe UEFA. Despeyroux en était...
Comment imaginez-vous votre avenir désormais ? Une carrière à la DTN vous séduirait-elle ou préféreriez-vous rejoindre un club pro un jour ?
Dans ma vie, j'ai toujours fait en sorte de ne pas brusquer les choses en privilégiant la fidélité, le sentiment d'accomplir la tache fixée, par goût de la stabilité assurément mais surtout par un souci de progression personnelle, sans jamais avoir à se prostituer, à pleurer. Si les gens qui me connaissent estiment que mes caractéristiques peuvent apporter une plus value à l'institution qu'ils dirigent, qu'ils sachent que ma réflexion est permanente et ma détermination intacte.

Vous aviez l'image d'un joueur rugueux qui ne lâchait jamais rien, un joueur de devoir qui a souvent été capitaine de ses équipes, êtes-vous un éducateur dans la même lignée, autoritaire et exigeant ?
Mais j'ai toujours ressenti un décalage avec ces raccourcis. Si je confirme bien le goût des responsabilité et l'image d'un joueur engagé, je vous assure que ma personnalité est bien plus diverse. Mon parcours personnel et professionnel m'a ouvert les neurones très tôt et m'a amené à découvrir d'autres horizons. J'ai toujours eu le goût de l’échange, des connaissances, des cultures, des différences. Joueur, j'ai tiré 100% de ce que je pouvais faire avec des qualités plus que moyennes. J'ai croisé dés le centre de formation des mecs trois fois plus forts que moi mais dieu m'a donné la foi. Il devait être Argentin ce soir là. Alors si le mental fait partie de la définition de l'exigence, on est d'accord. Trop de starlettes se sont écrasées en plein vol sans que je ferme les yeux. C'est notre rôle de réorienter vers l'effort tous ces jeunes qui pensent que c'est facile. Tout se mérite dans le foot si vous voulez devenir reconnu passé le panneau de votre département. Je n'ai jamais oublié que mon père faisait des heures supplémentaires pour payer des crampons à ses trois fils. Ça fixe vite les choses. Aussi je ne peux pas rester enfermé dans une monoculture que peut être le football. Pour être heureux il faut d'abord être vivant, plaisant, au pire... passionnant. Les éducateurs sont aussi des animateurs et il me semble que sous l'argument de la compétence beaucoup deviennent un peu dictateurs. Prenez le risque ! Votre message auprès des joueurs s'en ressentira et vous serez alors perçu comme une ressource pour eux. Ne soyez alors pas surpris de déplacer certains soirs, ensemble, quelques montagnes...

Fiction : vous êtes élu président de la FFF, quelle première mesure urgente prenez-vous ?
J'envoie enfin une dotation Nike à Titi (Manaud)... et des semelles Sorbotane à Gillou (Kalinski) !

Propos recueillis par J.C.

Pascal Despeyroux
Né le 17 novembre 1965 à Toulouse
Poste : CTD du District Haute-Garonne Midi-Toulousain
Parcours
Joueur : US Toulouse (1972-74), Toulouse AC (1974-82), Toulouse FC (1982-1992), Saint-Etienne (1992-96), Perpignan (1996-97)
Palmarès : champion d'Europe espoir (1988), 3 sélections en équipe de France, 297 matchs de L1 (12 buts), 8 matchs de coupe d'Europe
Entraîneur : Toulouse AC (1998-2000), Auch Gascogne (2000-2008), CTD du district Midi Toulousain (depuis mars 2011)

Samedi 16 Février 2013
Footengo